Visiter Biarritz

/Visiter Biarritz
Visiter Biarritz 2018-05-26T18:13:14+00:00

Visitez Biarritz et découvrez son histoire

Les Biarrots n’ont pas attendu l’Empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie pour goûter les bains de mer sur leurs longues plages de sable. Les Biarrots n’en ont certes cure, et continuent à se plonger dans la mer, bien qu’en 1774 la ville leur ait refusé d’ériger des guérites pour se changer.

Il faudra attendre le milieu du XVIIIème siècle avant que les bains ne soient reconnus comme une thérapie efficace contre toutes sortes de maux. L’une des toutes premières conquêtes célèbres de Biarritz est Victor Hugo, venu là en 1843. Charmé par ce « village blanc à toits roux et à contrevents verts posé sur des croupes de gazon » il redoute immédiatement que « Biarritz devienne à la mode« . « Ce jour arrivera vite ! », remarque-t-il avec clairvoyance.

En effet, onze ans plus tard, la comtesse de Montijo, qui avait séjourné là durant son enfance, s’y installe en grande pompe après son mariage avec Napoléon III, pour un séjour de deux mois. Accueilli par les vivats de la foule, le couple impérial élit domicile au château de Gramont qui appartient au Maire de Bayonne.

Rapidement, Napoléon fait construire une résidence d’été pour son épouse, la Villa Eugénie, maintenant « l’hôtel du Palais » et le couple prend l’habitude de venir chaque année, jusqu’en 1868, profiter des bienfaits de la mer et du climat. Dans son sillage, de nombreuses têtes couronnées visitent Biarritz. Rois de Württemberg, de Belgique et du Portugal, princes russes, polonais et roumains, Grands d’Espagne et Lords Anglais donnent son « cachet » à Biarritz, qui compte alors 10.000 estivants à chaque saison.

Le surf à Biarritz

En 1956, le scénariste américain Peter Viertel et son épouse Deborah Kerr se rendent à Biarritz pour le tournage du film « Le soleil se lève aussi », tiré du roman d’Hemingway. Ils utilisent une planche de surf qu’un de leurs amis fait venir par avion de Californie. En Août 1956, alors que Peter s’essaye au surf à la Côte des Basques en compagnie d’Ernest Hemingway et de Monsieur Bladinaire, la planche part seule dans la vague. En arrivant au bord, l’avant se casse. Georges Hennebutte, pionnier de l’utilisation des stratifiés, se propose de réparer la planche. En juin 1957, Peter Viertel revient, fort de quelques sessions en Californie, avec trois planches supplémentaires.

En 1958 Michel Barland se lance dans la fabrication de planches. Le surf-club de Biarritz, le Waïkiki est créé le 16 septembre 1959, par Jo Moraïtz ; le 24 juillet 1960 a lieu la première compétition internationale, et le 11 septembre 1960, la première édition des championnats de France, dont le lauréat est Joël de Rosnay. Les Biarrots et les touristes découvrent alors le spectacle insolite de ces hommes glissant sur les vagues, au large de la Villa Belza. Se constitue alors le carré des pionniers du surf en France :  » Les tontons surfes  » Peter Viertel, Georges Hennebutte, Jacky Rott et Joël de Rosnay ainsi commence le surf en Europe. Tous les gens venus visiter Biarritz, y viennent surtout pour être vu et essayer le nouveau sport à la mode.

Une fois encore, la côte basque déplace les foules. Un grand nombre d’acteur se pressent à essayer le nouveau sport à la mode, Catherine Deneuve prend des cours avec Joël de Rosnay qui s’émerveille devant sa beauté.

La Côte des Basques est un haut lieu de rendez-vous. Les curieux se pressent le long du rivage pour observer le spectacle. 1968, l’époque est effervescente. L’expérience est liée à l’ambiance de révolte utopique dans laquelle baigne la jeunesse d’alors. Pendant que les pavés volent à Paris, à Biarritz, on voit débarquer les premiers vans de surfeurs aux cheveux longs et pantalons « pattes d’ef ».  Aujourd’hui encore, Biarritz reste la capitale du surf en France. ET de nombreuses personnes viennent visiter Biarritz pour y surfer ces vagues.